Faut-il être dépendant pour être placé en Ehpad ?

Faut-il être dépendant pour être placé en Ehpad?

Comme son nom l’indique, l’Ehpad est un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Si le maintien à domicile de l’un de vos proches n’est plus possible à cause de ses problèmes de santé et de sa perte d’autonomie, vous envisagez peut-être le placement en Ehpad. Notamment pour les soins de longue durée.

Les personnes dépendantes peuvent être placée dans les maisons de retraite médicalisée de manière temporaire ou permanente.

Lorsque vous chercherez à inscrire votre proche en Ehpad, un GIR sera calculé. Le GIR (groupe iso-ressources) permet d’identifier le niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée. Cette évaluation possède une grande importance, car l’allocation personnalisée d’autonomie dépend directement du niveau de GIR.

Le GIR : comment est-il déterminé ?

6 niveaux de perte d’autonomie permettent de classer le niveau de dépendance des personnes âgées : le GIR 6 correspond au niveau le plus faible alors que le GIR 1 correspond au niveau le plus élevé. Voici quelques informations complémentaires sur les 6 niveaux du GIR :

Niveaux de perte d’autonomie
  • GIR 1 : les personnes en fin de vie qui ont besoin de soins en continu. Elles ne peuvent pas bouger de leur lit et leurs facultés mentales sont lourdement altérées.
  • GIR 2 : les personnes qui sont confinées au lit ou en fauteuil roulant et qui ont besoin d’une prise en charge quotidienne, même si leurs facultés mentales ne sont pas forcément altérées. Les personnes âgées sachant se déplacer, mais ayant des facultés mentales altérées correspondent également à ce niveau.
  • GIR 3 : les personnes possédant leurs facultés mentales, mais ayant besoin d’aide plusieurs fois par jour, notamment pour les soins corporels.
  • GIR 4 : les personnes âgées qui savent se déplacer, mais ont parfois besoin d’aide pour se lever de leur fauteuil, pour la préparation des repas et pour les soins corporels.
  • GIR 5 : les personnes sachant se déplacer, mais qui peuvent avoir besoin d’un accompagnement ponctuel.
  • GIR 6 : les personnes autonomes, qui n’ont pas besoin d’aide pour les actes de la vie courante.

Si vous souhaitez demander l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), une visite d’évaluation doit être organisée. Pour les personnes âgées souhaitant continuer de vivre chez elles, la visite d’évaluation peut se faire à domicile. Un professionnel de santé utilisera la grille nationale AGGIR (autonomie-gérontologie-groupe iso ressources) afin d’établir le niveau de dépendance. L’allocation personnalisée d’autonomie peut également concerner les personnes âgées en Ehpad. Ainsi, c’est au médecin coordinateur de l’établissement d’établir le niveau de GIR, toujours en fonction de la grille AGGIR.

Bon à savoir : il n’est pas possible de bénéficier de l’APA avec un niveau GIR 5 ou 6. Cette allocation concerne uniquement les personnes âgées dépendantes classées en GIR 1, 2, 3 et 4. Bien évidemment, ai fil du temps, le niveau de GIR peut évoluer : une nouvelle évaluation peut être organisée si besoin.

Les soins apportés en Ehpad

Vous souhaitez placer une personne âgée dépendante (niveau de GIR 1, 2, 3 ou 4) au sein d’un Ehpad ? Vous voulez en savoir plus sur les soins qui peuvent lui être apportés au quotidien ? L’Ehpad se compose de nombreux professionnels de santé pouvant intervenir à tout moment : des médecins, des infirmiers, des aide-soignants. Voici les différents soins qu’ils peuvent apporter aux personnes âgées dépendantes :

  • Les soins quotidiens : la préparation des médicaments, les soins palliatifs et autres soins de la vie courante sont à la charge de l’Ehpad.
  • Les soins de premiers secours : en cas de perte de conscience, d’arrêt cardiaque, de chute ou d’étouffement, les professionnels de santé présents au sein de l’Ehpad peuvent intervenir.
  • Les soins spécialisés : dans certains Ehpad, la prise en charge des maladies dégénératives est particulièrement prononcée. Par exemple, votre Ehpad peut prendre en charge la maladie de Parkinson de votre proche en mettant en place un parcours spécifique avec des soins palliatifs adaptés. Les personnes désorientées souffrant de la maladie d’Alzheimer peuvent également bénéficier d’une prise en charge spéciale dans une unité Alzheimer de l’Ehpad.
  • Un accompagnement psychologique : certaines personnes âgées ont besoin d’un accompagnement psychologique afin de mieux vivre leur maladie et les affections courantes de la vieillesse. L’intervention d’un psychologue est prévue dans certains établissements.

Comment fonctionne le financement en Ehpad ?

L’Ehpad possède un coût élevé. Cependant, le coût n’est pas totalement à la charge du résident. En effet, 3 financeurs interviennent : la personne âgée (ou ses proches), le conseil général et l’assurance maladie.

L’hébergement est à la charge du résident (après déduction de l’APL). Il faut savoir que certains Ehpad permettent de bénéficier de l’aide sociale. Dans un cas comme celui-là, c’est le conseil général qui prend en charge le tarif hébergement au sein de l’Ehpad.

La dépendance est financée par le résident ainsi que par le conseil général. Ainsi, les personnes les moins dépendantes (niveau GIR 5 ou 6) doivent s’acquitter du talon APA. Il existe plusieurs tarifs en fonction du degré de dépendance de la personne âgée, d’où l’importance de l’évaluation du GIR à l’entrée en Ehpad.

Les soins, sont quant à eux, pris en charge, par la sécurité sociale.

Bien évidemment, le coût à la charge de la personne âgée dépendante et de sa famille peut être plus élevé dans certains Ehpad, notamment privés. Cependant, ces derniers apportent un niveau de confort plus important qu’en Ehpad public et les services proposés sont également plus nombreux et haut de gamme.
Il ne faut pas hésiter à son renseigner pour bien choisir sa maison que ce soit pour un hébergement temporaire ou permanent. L'entourage, la bientraitance et le cadre de vie sont indispensable dans l'épanouissement d'un patient.

Alors si vous êtes convaincus !