Carthagea: Maltraitance dans les EHPAD
1
post-template-default,single,single-post,postid-1,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
“Maltraitance dans les EHPAD” est verrouillé Maltraitance dans les EHPAD

Maltraitance dans les EHPAD

Al’heure actuelle, les Français vivent de plus en plus âgés, ils restent aussi généralement plus longtemps en bonne santé. La qualité de vie de nombreuses personnes âgées s’est sensiblement améliorée grâce au progrès médical et à un mode de vie plus sain.

Mais arrivés à l’environ de 80 ans, nos seniors sont de plus en plus soumis à la dépendance. Partant de ce principe, il est difficile pour les enfants de s’occuper de leurs parents au quotidien. La solution qui leur est proposée est le placement en institution spécialisée appelé EHPAD (hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Cependant, ces institutions commencent à être de plus en plus critiqués par l’opinion publique parce que de nombreux cas de violence ont été dénoncés au sein de ces établissements.

Voilà les types de maltraitance sur personnes âgées qu’on peut y détecter :

  • Maltraitance physique : coup, ecchymose, fracture…
  • Maltraitance psychologique : insulte, humiliation, menace, privation des visites des proches…
  • Maltraitance financière : vol, extorsion de fonds, prélèvement des biens ou d’argent…
  • Maltraitance négligences : enfermement, privation d’aide à la vie quotidienne…
  • Maltraitance médicamenteuse : privation de médicaments indispensables…

Ces actes de maltraites sont souvent le résultat d’un manque de personnel au sein des EHPAD. Un personnel qui est limité (en moyenne 0.5 soignant pour 1 résident), à qui l’on confit une multitude de taches et qui travaille sous pression et est confronté à un stress important continuellement. En somme, un personnel qui ne peut plus assurer son travail et qui est démotivé.

En effet, au sein de ces résidences médicalisées, le turn-over du personnel médical (aide-soignante et infirmière) est de plus en plus important. Les départs ne sont souvent même pas remplacés par la direction.

Carthagea, un EHPAD où est appliqué la tolérance zéro

Convaincu qu’offrir du personnel en nombre suffisant va réduire le risque de maltraitance, Carthagea a mis en place une norme concernant le personnel qui est de 1,5 pour 1, c’est-à-dire que pour 2 résidents il y a 3 employés dont 1 soignant pour 1 résident. Ainsi, chaque résident se voit proposer un accompagnement individualisé le plus adapté possible à ses besoins.

De plus, l’établissement met tout en œuvre pour se prémunir de tout acte de violence ou de maltraitance. La Direction annonce clairement qu’elle donnera les suites à tout acte éventuel de maltraitance physique, psychique ou morale, matérielle ou financière, de négligence active ou passive dont elle pourrait avoir connaissance.

Les personnels ou résidents ont l’obligation de dénoncer les faits de maltraitance dont ils sont témoins dans l’exercice de leurs fonctions.

En cas de maltraitance, une enquête est ouverte et des poursuites sont engagées à l’encontre de l’accusé. Ce dernier sera également démis de ses fonctions au sein de la résidence Carthagea.

Pas de Commentaires

Postez un commentaire

Suivez-Nous sur Instagram