Comprendre la perte d’autonomie chez les personnes âgées
487
post-template-default,single,single-post,postid-487,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
Comprendre la perte d’autonomie chez les personnes âgées

Comprendre la perte d’autonomie chez les personnes âgées

Dépendance et perte d’autonomie chez les personnes âgées

En France, 7,8% des personnes âgées de plus de 60 ans sont dépendantes. Avec le vieillissement de la population, les personnes dépendantes sont de plus en plus nombreuses : c’est pourquoi il est essentiel de se renseigner sur la perte d’autonomie des seniors.

Qu’est-ce que la dépendance et la perte d’autonomie ?

Lorsque l’on parle des personnes âgées en France, les sujets de la dépendance et de la perte d’autonomie sont bien souvent abordés. Cela n’a rien d’étonnant : nous avons tous, dans notre entourage, une personne âgée atteinte de la maladie de Parkinson ou encore d’Alzheimer.

Mais au final, qu’est-ce que la dépendance ? Et en quoi consiste concrètement la perte d’autonomie ? On considère qu’une personne souffre d’une perte d’autonomie lorsque celle-ci ne peut plus effectuer toute seule certains actes de la vie quotidienne. Se lever, se nourrir, faire sa toilette, se déplacer sont autant d’actes que les personnes dépendantes ne sont pas forcément en mesure de réaliser sans une aide extérieure. La dépendance et la perte d’autonomie ne concernent donc pas uniquement les personnes âgées, même si ce problème touche directement les seniors.

Le niveau de dépendance peut-être plus ou moins élevé selon les personnes. C’est pourquoi la grille AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupe Iso-Ressources) a été mise en place. Celle-ci permet d’identifier le niveau de dépendance des personnes âgées : de GIR 1 à GIR 6, sachant que les niveaux 1 et 2 font référence à une perte d’autonomie sévère (individu en fauteuil roulant ou ne pouvant pas quitter son lit médicalisé).

Quels sont les signes qui doivent alerter ?

S’il y a des personnes âgées dans votre entourage, il est important de surveiller leur comportement afin d’identifier la perte d’autonomie. En effet, celle-ci s’installe bien souvent progressivement. Il est important de reconnaître les premiers signes afin de pouvoir prendre les décisions adaptées pour le bien-être de la personne âgée.

Voici quelques signes qui doivent vous alerter :

  • Des troubles du comportement : troubles de la mémoire, changement des habitudes alimentaires, isolement, agressivité, tristesse, diminution de l’hygiène, etc.
  • Des troubles physiques : chute, difficulté à se lever, fatigue, perte de poids, manque d’équilibre, etc.

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à vous rapprocher du médecin traitant de la personne âgée afin de faire le point sur son état de santé et de dépendance.

L’Ehpad : la seule solution en cas de dépendance ?

Le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes est tout à fait envisageable. En effet, les services d’aide à domicile peuvent permettre aux seniors de rester chez eux tout en bénéficiant d’un accompagnement adapté à leur perte d’autonomie. Les interventions d’un infirmier, d’une aide-ménagère, mais également d’un service de restauration sont précieuses pour les personnes âgées qui ne sont pas prêtes à quitter leur domicile, mais ne peuvent plus effectuer certains actes de la vie quotidienne.

Cependant, plus la perte d’autonomie est forte, plus il peut être difficile pour les proches de gérer la dépendance d’une personne âgée. Les services d’aide à domicile peuvent également montrer leurs limites, notamment lorsque les personnes âgées sont atteintes de troubles cognitifs sévères. Dans un cas comme celui-là, la solution de l’Ehpad est à envisager. La vie en maison de retraite médicalisée est spécialement pensée pour les personnes âgées dépendantes.

Si l’un de vos proches souffre d’une perte d’autonomie sévère, nous vous recommandons de vous rapprocher de son médecin traitant afin de discuter de la solution de l’Ehpad.

Pas de Commentaires

Postez un commentaire

Suivez-Nous sur Instagram